Points à se rappeler et suggestions d’idées

La liste qui suit provient en partie du guide de GRACE intitulé How to Confront a Factory Farm [Comment faire face à une ferme industrielle].

Les suggestions d’idées qui suivent vous aideront à obtenir une couverture médiatique plus efficace :

  • Chaque fois que vous faites quelque chose, vous devriez alerter la presse. Si vous tenez une assemblée publique, invitez la presse. Si vous organisez une levée de fonds, invitez la presse. Si un représentant local fait quelque chose avec lequel vous êtes en désaccord, alertez la presse.
  • Faites publier dans le journal local une annonce dans laquelle vous exprimez une liste de préoccupations publiques. Incluez les coordonnées et les numéros de téléphone de représentants élus. Souvenez-vous de faire passer l’annonce plus d’une fois, au cas ou quelqu’un l’aurait manquée la première fois.
  • Voyez si une université ou un cégep local n’aurait pas un journal ou une station de télévision. Le cas échéant, établissez une relation avec les personnes qui s’en occupent et essayez de les intéresser à la question. Assurez-vous de leur envoyer tous les communiqués de presse. Essayez d’inciter des étudiants en journalisme à écrire des articles sur l’EEI et à les faire publier dans le journal. Les étudiants d’université peuvent s’avérer une excellente ressource. S’il existe une station de radio communautaire ou coopérative dans votre région, vous souhaiterez peut-être également y faire un tour.
  • Créez un site Web local ou un blog, et informez-en les médias. Un groupe a rédigé un communiqué de presse sur son nouveau site et de nombreux médias ont diffusé de l’information à ce sujet.
  • Utilisez des personnes de tous âges dans votre groupe pour vous représenter. Plus ils sont jeunes ou âgés, mieux cela sera pour vous. Deux jeunes âgés de 11 et 12 ans se sont récemment rendus visiter le ministre canadien de l’Agriculture pour lui exprimer leurs préoccupations. Cet événement a bénéficié d’une importante couverture médiatique.
  • Évitez de vous livrer à des attaques verbales personnelles ciblant des représentants de l’autorité publique ou le propriétaire ou l’exploitant du projet de ferme industrielle. N’élevez jamais la voix et ne montrez jamais de colère en public.
  • Travaillez sans relâche à diffuser le message de votre groupe au public. Par exemple, encouragez différentes personnes à écrire des lettres destinées aux sections « commentaires » des journaux, demandez à chaque membre de votre groupe de téléphoner aux émissions radiophoniques et aux émissions-débats, posez des questions lors de rencontres communautaires, etc. Mieux encore, demandez à vos porte-parole de se faire inviter aux stations de radio locales.
  • Tout comme vous devez préparer des brochures ou des trousses d’information à l’intention des représentants élus afin de les sensibiliser à la question, vous devez faire de même avec les journalistes. Ne tenez pas pour acquis que les représentants locaux ou la presse comprennent le problème que posent les fermes industrielles. Rassemblez de l’information sur les répercussions engendrées par les EEI que vous trouverez sur le site de « Au-delà de l’agriculture industrielle » (www.beyondfactoryfarming.org) et sensibilisez les autres en parlant avec eux et en leur distribuant cette information. Assurez-vous que l’administrateur du gouvernement de votre région en ait des copies afin que l’information puisse être consignée et mise à la disposition de tous.
  • Il est très important que vous découpiez et conserviez tous les articles de journaux qui concernent l’EEI. Classez-les par mois. Ils pourront s’avérer utiles quand vous vérifierez les promesses qui ont été faites et celles qui n’ont pas été tenues. Ne jetez pas les coupures de presse.
  • Créez un nom et un logo pour votre groupe. Utilisez-les dans les articles et lors d’événements.
  • Servez-vous de techniques créatives comme un spectacle de rue pour attirer l’attention des médias et faire participer les gens de tous âges.
  • Annoncez des événements en utilisant des messages d’intérêt public. Certains médias offrent ce service public aux groupes communautaires qui souhaitent publiciser leurs événements. Vos stations de radio locales, par exemple, auront probablement un répondeur téléphonique pour enregistrer des annonces communautaires (comme des séances d’information, des ralliements, etc.) qu’ils diffuseront ultérieurement, parfois plusieurs fois jusqu’au moment de l’événement.