Communications et action sociale

Élaborez un plan d’action global

Dressez un calendrier qui vous permettra de prévoir les événements. Inscrivez les dates connues et approximatives des décisions clés ou des échéances. Évaluez le type d’activités qui seront nécessaires au cours des prochains mois en fonction de la saison, des exigences du projet, des exigences liées aux processus d’approbation, etc. Incluez également les autres dates et événements importants ou pertinents comme les élections, les conventions, les événements communautaires, etc. Une fois que vous avez dressé un tableau des événements qui se produiront ou qui sont susceptibles de se produire, ainsi que du moment où ceux-ci surviendront, vous pouvez élaborer une stratégie vous permettant d’intervenir, d’obtenir de la publicité, d’influencer des décisions, etc. Examinez et mettez à jour ce calendrier aux deux mois et ajustez votre stratégie en conséquence.

Rédigez une pétition énonçant les raisons pour lesquelles vous vous opposez à la ferme industrielle.

Selon les résultats que vous souhaitez obtenir, vous pouvez utiliser une pétition de deux manières. L’une de celles-ci serait d’utiliser la pétition plus comme un outil médiatique ou politique visant à exprimer un appui à votre cause. L’autre est un document juridique qui aurait une valeur légale dépendamment des lois de la région du Canada où vous êtes situé. Les pétitions juridiques doivent être rédigées selon un libellé très précis et les signatures doivent respecter des exigences précises. Demandez à votre député provincial ou fédéral local quel format de pétition s’applique dans votre province.

Dans certaines provinces, certains types particuliers de pétition entraînent des obligations juridiques de la part des conseils municipaux locaux. Vérifiez auprès de votre administrateur local ou du ministère provincial responsable des municipalités afin de savoir si ce type de pétition s’applique dans votre municipalité.

Même dans le cas des pétitions non officielles, limitez les signataires aux personnes âgées d’au moins 18 ans qui vivent dans votre comté ou municipalité. Votre pétition aura ainsi plus de crédibilité. Demandez à des bénévoles de se rendre dans votre secteur commercial local, sur la grande rue, ou dans d’autres endroits à forte circulation pour obtenir des signatures. Si vous connaissez des propriétaires de commerce qui sont bien disposés envers votre cause, vous pouvez laisser des pétitions dans leur magasin. N’oubliez pas d’aller les reprendre!

Si vous disposez de peu de temps, faites publier la pétition dans votre journal local. Une grande annonce que les gens peuvent découper et vous poster est une façon formidable d’attirer l’attention de la population. Faites passer l’annonce au moins deux fois, au cas où certaines personnes l’auraient manquée la première fois.

La pétition en elle-même n’arrêtera probablement pas la ferme industrielle, mais elle peut faire voir aux propriétaires de l’installation ainsi qu’aux responsables de l’autorité provinciale et locale qu’il s’agit d’un problème concernant la collectivité entière et non seulement de la plainte d’une seule personne. C’est aussi une bonne manière de recueillir les noms et les adresses des personnes qui s’intéressent à la question. Ne jetez jamais vos pétitions, peu importe le temps écoulé. Elles peuvent être utilisées de différentes manières, comme pendant des conférences de presse ou encore comme outil de témoignage pour aider à faire adopter une résolution contre une ferme industrielle.

Former des coalitions

Parlez avec des membres de votre collectivité; essayez de les sensibiliser et de les amener à se joindre à votre organisme. Nouez des liens avec d’autres groupes dans votre région. Faites en sorte qu’ils donnent leur appui à votre cause ou au moins qu’ils diffusent de l’information à leurs membres. Voici une liste de groupes susceptibles de vous aider à démarrer :

  • Clubs (jardinage, lecture, sports, pêche);
  • Groupes de consommateurs;
  • Groupes œuvrant pour l’environnement;
  • Foire automnale;
  • Coopératives d’alimentation;
  • Sections locales de groupes nationaux;
  • Groupes de voisins;
  • Groupes d’intérêt politique et gouvernemental;
  • Associations professionnelles (médicales, commerciales, etc.);
  • Groupes religieux;
  • Groupes de personnes du troisième âge;
  • Associations scolaires (parents et instituteurs, anciens élèves);
  • Syndicats;
  • Associations de protection de la faune;
  • Regroupements de femmes;
  • Groupes jeunesse et étudiants (4H, collège).

Créez un dépliant ou une brochure

Servez-vous d’un résumé de faits, d’extraits de témoignages ou de toute information que vous avez recueillie afin d’expliquer les répercussions potentielles de la ferme sur votre collectivité. Utilisez toujours des faits crédibles et documentés. Conservez un dossier sur toutes vos sources; nous vous le recommandons même si votre brochure contient des notes de bas de page mentionnant ces sources. Distribuez votre brochure à des particuliers, à des groupes et à des représentants élus. Trouvez des endroits où l’on sera favorable à votre cause, comme des restaurants ou des magasins qui voudront afficher votre message. Faites des envois de masse à votre collectivité immédiate. Vous trouverez des faits dont vous pourrez vous servir dans la section « Outils éducatifs », à la rubrique sur les documents à distribuer, ainsi qu’en consultant le site Web de « Au‑delà de l’agriculture industrielle ».

Établissez votre propre liste de diffusion (liste de courriels) pour diffuser l’information

Rendez-vous sur le site http://groups.yahoo.com/ ou http://lists.riseup.net pour vous inscrire et créer une liste de diffusion sans frais. Chargez une personne d’afficher des mises à jour brèves et hebdomadaires des activités de votre groupe. Chaque membre doit connaître les derniers développements survenus. Si un membre n’a pas accès à un ordinateur, mettez sur pied un réseau téléphonique lui permettant d’appeler une ou deux personnes qui lui transmettront l’information la plus récente.

Créez un site Web

C’est une manière formidable de transmettre l’information à votre collectivité et une bonne ressource pour les médias. Si vous le faites, transmettez l’adresse de votre site à la Coalition « Au-delà de l’agriculture industrielle » à l’adresse info@beyondfactoryfarming.org. Nous placerons un lien vers votre site. Les sites Web peuvent coûter très cher si vous payez quelqu’un pour les concevoir et les maintenir. Essayez de trouver un bénévole qui ait de l’expérience dans la création de sites Web, ou apprenez vous-même comment faire. De nombreux fournisseurs de comptes d’adresses électroniques offrent gratuitement de l’espace Web et des tutoriels simples qui vous enseignent comment créer un site Web.

Préparez des réunions avec des représentants élus locaux

Y compris vos représentants provincial et national. Consultez la section « Outils d’organisation » pour trouver des conseils sur la manière d’organiser des réunions. Souvenez-vous que si vos représentants élus (locaux et provinciaux) n’ont pas de vos nouvelles, ils tiennent pour acquis que tout va bien. Comme les promoteurs exerceront des pressions en faveur de leur cause, assurez-vous de faire la même chose. Rappelez-vous que ce sont ceux qui crient le plus fort qui ont souvent gain de cause.

Écrivez des lettres

Transmettez aux représentants de l’autorité locale et régionale des lettres dans lesquelles vous leur ferez part de vos préoccupations. Gardez-en une copie pour vos dossiers et donnez-en une copie aux autres membres de votre groupe pour qu’ils puissent également envoyer des lettres similaires. Les gens qui ne sont pas portés à participer publiquement pourraient peut-être être intéressés à faire parvenir une lettre pour vous témoigner leur appui.

Obtenez des témoignages

Recueillez les témoignages de personnes qui vivent près d’une ferme industrielle. Servez-vous en lors de réunions, de conférences de presse, d’audiences, etc. Ce sont des outils très efficaces. Le fait d’entendre quelqu’un conter ce qu’il a vécu en habitant près d’une ferme industrielle aide vraiment les gens à comprendre ce dont il est question. (Voir la section « Outils éducatifs»